• Je ne vous ferai point de reproches frivoles:
    Les moments sont trop chers pour les perdre en paroles.
    Mes soins vous sont connus: en un mot, vous vivez,
    Et je ne vous dirais que ce que vous savez.
    Malgré tout mon amour, si je n'ai pu vous plaire,
    Je n'en murmure point; quoiqu'à ne vous rien taire,
    Ce même amour peut-être, et ces même bienfaits,
    Auraient dû suppléer à mes faibles attraits.
    Mais je m'étonne enfin que, pour reconnaissance,
    Vous ayez si longtemps, par des détours si bas,
    Feint un amour pour moi que vous ne sentiez pas.

    votre commentaire
  • Oh! Quand la Mort, que rien ne saurait apaiser,
    Nous prendra tous les deux dans un dernier baiser
    Et jettera sur nous le manteau de ses ailes,
    Puissions-nous reposer sous deux pierres jumelles!
    Puissent les fleurs de rose aux parfums embaumés
    Sortir de nos deux corps qui se sont tant aimés,
    Et nos âmes fleurir ensemble, et sur nos tombes
    Se becqueter longtemps d'amoureuses colombes!

    votre commentaire
  • Pauvres corps où logeaient ces esprits turbulents,
    Naguère la terreur des Princes de la terre,
    Même contre le ciel osant faire la guerre,
    Déloyaux, obstinés, pervers et violents,

    Aujourd'hui le repas des animaux volants
    Et rampants charogniers, et de ces vers qu'enserre
    La puante voirie, et du peuple qui erre
    Sous les fleuves profonds en la mer se coulant:

    Pauvres corps, reposez, qui vos malheureux os,
    Nerfs et veines et chairs, sont dignes de repos,
    Qui ne purent souffrir le repos en la France.

    Esprits aux carrefours toutes les nuits criez:
    Ô mortels avertis et voyez et croyez
    Que le forfait retarde et ne fuit la vengeance.


    votre commentaire
  • Mon âme a son secret, ma vie a son mystère:
    Un amour éternel en un moment conçu;
    Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
    Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

    Hélas! j'aurai passé près d'elle inaperçu,
    Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
    Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,
    N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.

    Pour elle, quoique Dieu l'ai faite douce et tendre,
    Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre
    Ce murmure d'amour élevé sur ses pas;

    A l'austère devoir pieusement fidèle,
    Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle:
    "Quelle est donc cette femme?" et ne comprendra pas.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique