• Cool papa cool
    C'est pas parce que ton rêve s'écroule
    Qu'il faut que tu tires dans la foule autour de toi.
    Cool papa cool
    On n'est pas fait du même moule
    Toi, t'es rocher, moi pierre qui roule
    On ne choisit pas.
    Ta fortune éclate
    Tes prêtres se battent
    Juste en bas de chez toi
    Ta fille se shoote
    Ton fils fait la route
    Et ta maîtresse reçoit
    Y a tes héros qui sautent
    Y a des mendiants qui votent
    Y a ta femme qui boit
    Y a plus de cathédrales
    Y a des stars en sandales
    Et personne les croît

    Cool papa cool
    C'est pas parce que ton rêve s'écroule
    Qu'il faut que tu tires dans la foule autour de toi.
    Cool papa cool
    On n'est pas fait du même moule
    Toi, t'es rocher, moi pierre qui roule
    On ne choisit pas.
    Tous les traîtres t'embrassent
    Ton pavillon de chasse
    Est plein de juges hors la loi
    Y a les huissiers qui sonnent
    Y a dieu au téléphone
    T'as du sang sur les doigts
    Le temps te bouscule
    Ton image brûle
    Mais ne t'en fais pas
    Faut que tu comprennes
    Que dans dix ans à peine
    C'est peut-être à moi qu'on dira...

    Cool papa cool
    C'est pas parce que ton rêve s'écroule
    Qu'il faut que tu tires dans la foule autour de toi.
    Cool papa cool
    On n'est pas fait du même moule
    Toi, t'es rocher, moi pierre qui roule
    On ne choisit pas.
    Cool papa cool
    C'est pas parce que ton rêve s'écroule
    Qu'il faut que tu tires dans la foule autour de toi.
    Cool papa cool


    votre commentaire
  • Tant de jours
    De nuits trop brèves
    Ces soupirs
    Que tu achèves
    Sans y croire, dérisoire

    Tu voudrais
    D'un autre monde
    Je te sens
    La proie d'une ombre
    Illusoire, il faut me croire.

    Il n'y a pas d'ailleurs
    Il n'y a pas d'ailleurs
    Tu sais que ta vie, c'est ici
    Il n'y a pas d'ailleurs
    Il n'y a pas d'ailleurs
    Tu sais que ta vie
    C'est la mienne aussi

    Pour renaître
    De tes cendres
    Il te faudra
    Réapprendre
    Aimer vivre, rester libre

    Délaisser
    Tes amertumes
    Te frayer
    Jusqu'à la lune
    Un passage, il me faut me croire


    votre commentaire
  • J'ai des mauvais rêves
    Et tu fais des mauvais rêves
    Pendant qu'ils dorment bien tranquilles
    Je, tu, ils
    J'ai peur dans le noir
    Et toi tu pleures au fond des bars
    Attention ! Tout ça c'est fragile
    Je, tu, ils
    J'envoie des ballons des coups de pied
    Mon p'tit frère joue à la poupée
    Maman est en haut, papa est en bas
    Qui l'aime pas
    Je, tu, ils
    Et comprendre c'est pas facile
    Je, tu, ils
    C'est des enfants perdus
    des parents qui s'aiment plus
    Papa en voyage,
    maman le suit à la nage
    avec des larmes qui défilent
    Je, tu, ils
    Papa qui sourit
    maman peut pas mais fait comme si
    et puis le doute se faufile
    Je, tu, ils

    Bien sûr, on aura d'autres mamans
    toujours plus jeunes que celle d'avant
    Et des frères à demi,
    qu'on aimera. C'est promis.
    Je, tu, ils
    Et comprendre c'est pas facile
    Je, tu, ils
    C'est des enfants perdus
    des parents qui s'aiment plus
    Je, tu, ils
    Et comprendre c'est pas facile
    Je, tu, ils
    Et changer sera difficile
    Je, tu, ils
    Et grandir c'est pas facile
    Je, tu, ils
    C'est des enfants sauvages
    Qui f'ront pareil à notre age
    Je, tu, ils
    Je, tu, ils
    Je, tu, ils


    votre commentaire
  • Il a tourné sa vie dans tous les sens
    Pour savoir si ça avait un sens l'existence
    Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis
    Ravis, ravis, de donner leur avis sur la vie
    Il a traversé les vapeurs des derviches tourneurs
    Des haschich fumeurs et il a dit

    La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
    Mais moi quand je tiens, tiens,
    Là dans mes mains éblouies,
    Les deux jolis petits seins de mon amie,
    Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie,

    Il a vu l'espace qui passe
    Entre la jet set les fastes, les palaces
    Et puis les techniciens de surface,
    D'autres espèrent dans les clochers, les monastères
    Voir le vieux sergent pépère mais ce n'est que Richard Gere,
    Il est entré comme un insecte sur site d'Internet
    Voir les gens des sectes et il a dit

    La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
    Mais moi quand je tiens, tiens,
    Là dans mes mains éblouies,
    Les deux jolis petits seins de mon amie,
    Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie

    Il a vu manque d'amour, manque d'argent
    Comme la vie c'est détergeant
    Et comme ça nettoie les gens,
    Il a joué jeux interdit pour des amis endormis,
    Et il a dit

    La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
    Mais moi quand je tiens, tiens,
    Là dans mes mains éblouies,
    Les deux jolis petits seins de mon amie,
    Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie.


    1 commentaire
  • Tu restes chez toi à boire un verre,
    Devant la télé allumée,
    Mais tu vois les choses de travers,
    Si tu attends qu'on vienne te chercher,
    Maintenant qu'est-ce que tu vas faire,
    Quand le programme est terminé,
    Tu sors, tu vas prendre l'air,
    Te changer un peu les idées,
    C'est peut-être moi
    Peut-être toi,
    Peut-être toi et moi,
    Qui pouvons changer ça.

    Tu démarres, tu mets la radio,
    pour sentir quelqu'un même derrière un micro,
    Si tu continues bientôt,
    Tu resteras seul à parler tout haut,
    C'est peut-être moi
    Peut-être toi,
    Peut-être toi et moi,
    Qui pouvons changer ça.

    Le monde est plein de gens qui parlent,
    Sans jamais vraiment rien se dire,
    Qui vivent la vie qu'on leur prépare,
    En oubliant même leurs désirs
    C'est peut-être moi
    Peut-être toi,
    Peut-être toi et moi,
    Qui pouvons changer ça.

    Peut-être moi
    Peut-être toi,
    Peut-être toi et moi,
    Réfléchis un peu à tout ça?


    votre commentaire